Mieux exploiter le potentiel d’optimisation

juin 2018

Nouvelles & Campagnes

Éditorial Rapport sur la sécurité routière 2018

Même si certains accidents graves ont eu un large écho dans les médias, la tendance à long terme est tout à fait claire : les véhicules utilitaires deviennent de plus en plus sûrs, le nombre d’accidents corporels et/ou matériels a considérablement diminué en Europe. Exemple de l’Allemagne : selon l’Office Fédéral Allemand de la Statistique (Statistisches Bundesamt), le nombre d’accidents avec dommages corporels impliquant des véhicules de transport routier de marchandises a reculé, passant d’environ 36 650 à 29 350 entre 2005 et 2016, soit une diminution de 20 %. Le nombre de tués dans le cadre d’accidents impliquant des véhicules de transport routier de marchandises a baissé pendant cette période de 35 %, passant de 1 160 à 745. Compte tenu de la forte augmentation du volume du transport de marchandises, cela représente en soi un succès considérable. Dans d’autres États membres de l’UE, l’évolution est également positive.

Toutefois, il convient de ne pas se reposer sur ses lauriers. Car il faut bien le dire : en raison des poids importants, ce sont souvent les accidents impliquant des poids lourds à partir de 12 tonnes qui ont des conséquences particulièrement graves pour toutes les parties concernées, d’une part pour les conducteurs des camions eux-mêmes, mais aussi et surtout pour les conducteurs de voitures de tourisme et les usagers de la route non protégés tels que les piétons ou les cyclistes. C’est ce que montrent les chiffres suivants, qui concernent l’Allemagne : parmi les personnes décédées en 2016 dans le cadre d’accidents impliquant des camions, près de 9 500 étaient des occupants de véhicules de transport routier de marchandises et près de 30 800 étaient d’autres usagers de la route. Parmi les victimes de ces accidents, 133 étaient des occupants de véhicules de transport routier de marchandises et 612 étaient d’autres usagers de la route. Le risque d’être tué dans un accident impliquant un camion est donc environ quatre fois et demi plus élevé pour les autres parties impliquées que pour les occupants d’un véhicule de transport routier de marchandises. Les collisions par l’arrière, malheureusement fréquentes en queue d’embouteillage, montrent à quel point les conséquences peuvent être graves.

Grâce aux immenses progrès faits par les constructeurs dans le domaine des systèmes d’assistance à la conduite, de grandes améliorations ont déjà été effiectuées ces dernières années. Néanmoins, les potentiels qui s’offirent au niveau de la sécurité active et passive des véhicules utilitaires doivent être exploités de manière encore plus efficace. Car chaque personne décédée ou blessée dans un accident de la route est une de trop. Les accidents ne sont pas seulement synonymes de souffirance humaine, mais aussi une énorme charge effinancière pour les personnes concernées, l’économie et la société dans son ensemble.

Le présent rapport montre, en se basant sur de nombreux exemples collectés dans le monde entier, où il faut agir pour exploiter encore mieux les potentiels mentionnés. Cela vaut pour le domaine des technologies automobiles comme pour le facteur humain et les infrastructures. Ce rapport est bien plus qu’un simple recueil de faits sur la situation actuelle. L’objectif de cette publication est plutôt de fournir des pistes de ré- flexion et de jouer un rôle de conseiller pour la classe politique, les experts en circulation et en infrastructure, les constructeurs, les institutions scientifiques, les associations et tous les usagers de la route.

Partager la page